dimanche 16 février 2014

[9] « Brousse, brousse, j’aime la brousse »

 

Note : les premiers articles sont en bas du blog, ils ont tous des tailles de mini romans alors bon si vous débarquez seulement maintenant dans ce carnet de voyage et que vous êtes intéressés soyez avertis que cela peut vous prendre un certain temps ^^

 

Merci pour vos nouvelles et vos cartes !! Merci aux parents et aux RB pour le colis, et particulièrement à Yabako qui est venu me l'apporter directement chez moi !!! On va se régaler avec les sœurs malgaches, que j'ai invitées à partager le Romazava la semaine prochaine !

 

***

 

Bonne lecture, et bon voyage!

 

 

Jeudi 6 février 2014

La sortie du collège : un évènement qui se prépare !

 

 

Traditionnellement, au mois de février, tous les élèves du Collège Charles Lwanga partent en brousse pour une journée : c'est la sortie du collège ! Les objectifs sont multiples : sortir un peu s'aérer, pour profiter de la « fraîcheur » (25 – 28 °C ) et se détendre, souder les classes et l'établissement, mettre les élèves dans une situation où ils doivent s'organiser pour les y former un minimum, s'amuser, aussi, bien sûr !

 

Les professeurs titulaires doivent gérer / aider de plus ou moins loin (selon l'âge de la classe qu'ils « tiennent » comme on dit ici). Donc, aidée par Boris, mon délégué de classe, j'organise la sortie avec la 5èmeB.

 

Tout le monde (ou presque) s'active bien, on fait des équipes, des listes, des budgets, des comptes, des courses, etc. En ce moment même j'attends la Team Course qui va venir chercher les participations des élèves pour aller faire son boulot et dont je vais valider une dernière fois la liste de courses :)

 

Ce soir, ils viendront déposer leurs achats chez moi (c'est à côté du collège donc pratique et y a de la place). La Team Matériel est sensée passer commencer à déposer des choses aussi (marmites, louches, glacières, etc).

 

Parce que c'est pas un simple pique-nique tout  bidon où chacun apporte son sandwich perso hein ! On va faire la cuisine pour toute la classe ! D'où la création des Teams Feu (cuisine), Eau (vaisselle), Terre (couper le bois, préparer le lieu, faire les trous pour poser les marmites) et Poisson (pré-cuisiner le poisson la veille). Sérieusement, on s'marre déjà bien à organiser, les enfants font ça comme des pros, et j'ai trop trop hâte de les avoir chez moi demain soir (16h) pour qu'ils préparent le poisson !! :D Et samedi ça va être TOP !!! <3 <3

 

* Un peu plus tard dans la soirée *

 

Bon, la Team Matériel n'a rien apporté, ils vont devoir faire ça aujourd'hui (et s'ils ne le font pas je vais les faire chercher pour qu'ils se bougent HAHA). Mais la Team Courses s'est ramenée avec tout ce qu'il faut (et même des élèves supplémentaires, genre des 6ème, j'ai pas tout compris…).

Dans leurs explications j'ai cru comprendre qu'ils avaient acheté leurs tomates dans une boutique. Je m'étonne à voix haute. Et Boris me sort « Madame, on sait que vous n'êtes pas burkinabè, mais les tomates ça s'achète au marché hein ! ». ERF !

 

Ils ont dû remplir quelques bouteilles que j'avais chez moi avec l'huile, parce qu'elle leur avait été vendue en sachet (sérieux, de l'huile dans des sachets ! J'avais jamais vu !). Ces idiots d'élèves ont très bien compris que je kiffe la chanson « Call Me Maybe ». Alors ils l'ont mise en boucle sur un téléphone tout le temps où ils transvasaient l'huile, en me surveillant du coin de l'œil, parce qu'ils savaient que j'allais pas pouvoir m'empêcher de chanter à un moment. Et ça n'a pas loupé… Petits cons ! <3

 

 

Vendredi 7 février 2014

Team Poisson

 

 

Après une longue journée de cours, c'est le moment de cuisiner avec ma Team Poisson ! Les élèves voulaient faire ça aujourd'hui pour éviter de le faire demain (effectivement comme ça nous a pris genre 2h et que demain on a autre chose à faire aussi je comprends ^^).

 

L'équipe est donc venue dans mon jardin peu après 16h. Au début il n'y avait que des filles. On a préparé les pierres pour faire le foyer du feu, et la Team Matériel est arrivée avec le bois, les poêles, les louches, le seau et les couteaux. Les poissons sont arrivés un peu plus tard, donc en attendant j'avais proposé aux enfants de s'asseoir et je leur  ai mis de la musique (d'habitude y a pas besoin, le Panama (le maquis - boîte de nuit à côté de chez nous) se charge de la sono toute la journée et toute la nuit…). Quand les poissons sont arrivés, ils ont commencé à les nettoyer, couper et allumer le feu, et c'était parti !

 



Photo : Ben en train d'apporter une marmite



Photo : une partie de la Team Poisson en train de s'activer dans mon jardin

 

Les garçons ont globalement laissé les filles tout faire, et eux jouaient un peu sur mon ordi (je n'ai aucun jeu, mais je leur ai ouvert Paint xD), et prenaient des photos. Donc pour compenser je les ai obligés à vider le seau dégueu des déchets de poisson et à faire la vaisselle à la fin. En tous cas on s'est bien amusés, les poissons étaient bien frits (dans pleiiiin d'huiiiile mmmmmh… ^^'), les enfants ont bien bossé !

 

Attirés soit disant par l'odeur (et sûrement aussi par la porte ouverte et le va-et-vient de certains  de mes élèves et ceux de Patrice), des 2ndeA (littéraires) sont passés, et ont demandé à goûter notre poisson. Mais genre, quoi ! Je leur ai demandé combien ils payaient, ils m'ont répondu que quand mes 5ème seront en 2nde eux même seront ministres et ils pourront alors les aider pour la sortie du collège… ! Ils sont donc repartis bredouille, évidemment. Sales gosses :p <3

 

 

 

Samedi 8 février 2014

D - Day

 

Et voilàààà, la sortie tant attendue ! Il est 22h, nous sommes rentrés depuis plusieurs heures, bien fatigués mais très heureux. C'est passé trop trop vite !!!

 

Un départ matinal et une petite marche en chansons

 

Ce matin, nous avons quitté les environs vers 8h, avec la charrette, tirée par un petit âne et remplie de notre matériel et nos courses. Chaque classe se débrouillait un peu pour aller jusqu'au lieu (c'est difficile de faire un départ groupé dans ces conditions, vraiment). Mes enfants semblaient étonnés que je vienne avec eux, à pied. Ils ont l'air d'avoir l'habitude que les professeurs prennent leurs motos et ils ont du mal à imaginer que « les blancs » puissent aimer marcher :p Mais moi j'aime marcher et je savais que partager ce long moment de trajet avec eux serait passionnant et souderait encore plus les liens que nous avons déjà créés.

 

 

Nous avons bien marché, les filles ont chanté sur une longue partie du trajet, accompagnées de temps en temps par les garçons. C'était rigolo parce que c'était pas mal de chants en français et de chants religieux ^^  Nous avons bien rigolé et discuté. Salomon, Bruno et Boris ont tenté de m'apprendre à compter en dioula… 5 minutes après j'avais déjà tout oublié… ERF ! En échange je leur ai appris à compter en malgache, et eux ils s'en sortaient bien ! :p

 

 

Sur place

 

Arrivés sur le lieu de la sortie, les élèves ont déchargé la charrette et conduit l'âne plus loin. Ils ont été globalement assez efficaces, en peu de temps les légumes étaient lavés, coupés, et les trous creusés pour le feu.

 

J'ai fait un tour pour saluer mes autres classes, ils n'étaient pas aussi efficaces que nous HAHA !

 

Pour plus de PHOTOS : voir le blog de Patrice (lien dans la barre latérale droite)

 

Le truc rigolo et bizarre en même temps c'est qu'on a acheté tout ce qu'il faut pour faire un gros repas de classe, mais CHAQUE élève s'est ramené avec une petite marmite REMPLIE de bouffe !!! Mais genre un truc que chez moi on fait pour toute la famille quoi (et on est 6, gourmands en plus :p), eux ils en avaient un chacun ! Des pâtes, des sardines, du foie, des trucs cuisinés, etc. Et y en a même qui avaient ramené leurs poulets et qui sont allés se le faire cuire plus loin… J'ai rien compris :p Après ils ont tous lavé leurs gamelles là, pour pouvoir les utiliser comme assiettes quand le repas de classe serait prêt. Donc forcément y avait plus d'eau à midi…

 

Avec un petit groupe, on a donc pris la charrette et l'âne pour aller remplir nos 3 gros bidons à un puits à l'entrée de Nouna (20-25 minutes aller à une allure de charrette avec petit âne fatigué). J'avais choisi de les accompagner parce que c'est pas super je trouve de devoir aller puiser de l'eau à perpète alors que le groupe classe reste ensemble, à finir la cuisine ou se reposer. Et c'était vraiment une petite escapade très très sympathique ! J'ai pu discuter et rire avec chacun des six élèves qui étaient présents, et nous n'avons pas tant que ça vu le temps passer.

 

Au retour nous avons mangé avec la classe qui nous attendait pour commencer (enfin, qui M'attendait ^^). C'était marrant, ils se sont servis des parts ENORMES alors qu'ils venaient de s'enfiler des plats entiers… Salomon m'a dit « Ha les blancs ils ne mangent rien hein, là nous on a fait des vraies parts, des parts d'africains ! » xD

 

Une fois le repas et la vaisselle terminés, chaque classe devait choisir un représentant pour faire une démonstration de danse devant tout l'établissement. Eux ils n'ont aucun complexe, ça les dérange PAS DU TOUT de danser comme ça à l'improviste devant genre 650 personnes :) C'était très sympa, les élèves ont très bien dansé !

 

Autre truc vraiment bizarre-rigolo

 

Quelque chose que j'ai remarqué un peu tard dans la journée : les enfants avaient pratiquement tous (et surtout les filles) apporté… des vêtements de rechange ! Mais genre pas juste un Tshirt / un pantalon au cas où, hein. Les filles avaient genre chacune trois à quatre tenues différentes, et pas du n'importe quoi : des robes, des jupes classes, des talons, des bijoux… !!!!! Mais vraiment, sérieux, des robes que chez nous on met à une soirée / un mariage / un bal plutôt qu'à une sortie en brousse !!

Certainement, comme au collège il y a un uniforme scolaire obligatoire, c'est la seule occasion pour les enfants de se différencier par l'habillement, de se faire voir par les autres d'une autre manière, physiquement compris. Mais vraiment c'était rigolo ! Et bizarre, aussi… Et en plus j'en ai pas vu une seule se changer, j'ai aucune idée de où elles allaient ni où elles avaient mis tout ça ! J'ai rien compris :p

 

Retour à Nouna

 

Ensuite nous avons remballé, nettoyé (mais pas assez à mon goût, on n'a vraiment pas la même éducation sur la sensibilité à l'environnement… Comme à Mada où pas mal d'ami(e)s jetaient souvent leurs papiers n'importe où), et repris la route avec une petite partie de mes enfants (les autres étaient déjà rentrés par eux-mêmes). Ils étaient fatigués, mais le trajet s'est bien passé. Nous sommes rentrés sans souci, avant la nuit, dans la joie et la bonne humeur !

 

 

Bilans personnels sur cette journée

 

Après réflexion avec Patrice, on se rend compte que grosso modo les activités de la journée étaient : marche pour le trajet, préparation du lieu et du repas, nettoyage et « concours de danses » par classe. Mes enfants ont fait quelques jeux de cartes parce que la Team Animation en avait apporté, mais c'est vrai que, par rapport à une sortie comme on en a l'habitude en France, on n'a fait aucun jeu de groupe. De mon côté, j'ai été tellement occupée à saluer tout le monde, courir partout et gérer mes petits, que je n'ai pas eu le temps de m'en rendre compte sur place (sinon je leur aurais proposé un Ninja ou un truc du genre, ou j'aurais fait un IA avec les 2ndeA). Mais ils n'ont pas semblé en avoir besoin de toute façon. Après coup, je trouve ça un peu dommage, j'aurais adoré passer un moment à jouer avec mes élèves ^^

 

Bien évidemment, mon regard naïf n'est pas très objectif, tout n'était pas rose of course. En particulier une partie des élèves affectés à une équipe n'a pas toujours fait son travail, et ils sont plusieurs à avoir fait « bande à part » pour aller déguster tranquillement leurs trucs persos, loin du groupe classe. Mais bon…

 

L'autre truc c'est qu'ils passaient beaucoup de temps à se disputer entre eux (pour des bêtises, ce sont des enfants ! Genre il y en a qui s'asseyaient sur la charrette au lieu de marcher alors que c'était déjà bien lourd, les autres les engueulaient ^^ et il fallait un peu tenir les objets pour qu'ils ne tombent pas sur la route, et parfois ça tombait alors celui qui était à côté se faisait crier dessus ^^ ou quand ceux qui devaient bosser n'était pas là pour accomplir leurs tâches) mais comme ils le faisaient en dioula je ne pouvais pas intervenir du tout, et finalement ça m'arrange bien HAHA comme ça ils réglaient leurs histoires entre eux, c'est plus sain ;) (et dans un vrai cas de problème ils finissaient par parler en français en m'appelant « Madaaaaaame! » et là je pouvais éventuellement aider à régler la situation ^^).

 

Enfin bref. Demain je les ai une heure, on prendra du temps pour faire un debriefing. Mais personnellement, je trouve que le bilan est très très positif !! Ils se sont bien investis, ils ont été sages et efficaces, et gentils ! Il me semble que tous les élèves de la classe ont passé de bons moments. En tous cas moi je n'ai pas été déçue !

 

A part peut-être que j'ai trouvé que c'est passé trop vite !!!

 

 

Autres nouvelles

 

A part ça, les journées s'enchaînent dans notre petite vie à Nouna. La chaleur commence à revenir. Le travail est toujours aussi conséquent.

 

Pour le moment je fais une pause sur la guitare. D'abord parce qu'une corde a sauté, et ensuite parce que comme j'ai récupéré le petit piano électrique de la communauté, je passe pas mal de temps dessus ^^

 

La chorale que Frère Jérôme pensait monter et qui m'intéressait beaucoup n'a pas encore vu le jour et j'ai l'impression que cette année elle ne sera pas mise en place, pour plusieurs raisons (d'ordre organisationnel) Dommage !!! Mais bon, pour compenser j'ai le piano et je vais de temps en temps aux répétitions de la chorale de la Cathédrale de Nouna, c'est assez sympa.

 

Gildas passe très souvent nous voir, et il a été mon premier patient ! (Et non, je n'avais encore jamais eu l'occasion de soigner quelqu'un d'autre que moi) Il s'était blessé au genou en tombant pendant un match de foot. Il est trop chou, cet enfant !

 

Il y a deux semaines, la maman d'une de mes 6ème m'a invitée à manger chez elle le dimanche. C'était très sympa, et elle a réitéré son invitation pour Pâques ! :)

 

Voilà voilà !

 

 

 

 

Vendredi 14 février 2014

St Valentin !

 

 

Bon alors, sincèrement, la St Valentin généralement j'oublie même que ça existe tellement je n'y trouve aucun intérêt (comme la fête des mères, des grands-mères, des pères, etc).

 

Mais aujourd'hui j'ai découvert la St Valentin à Nouna, et j'avoue que je trouve ça trop mignon !  Les enfants (jeunes et moins jeunes) s'offrent… des fleurs ! Bon, comme y a pas beaucoup de fleurs dans cette zone désertique excepté les fleurs de bougainvilliers en gros, ils offrent aussi des plantes, des feuilles ou des dessins de fleurs, ou des poèmes ^^ Et c'est pas des cadeaux uniquement pour les « amoureux », mais c'est un peu pour tout le monde !

 

Donc, ce soir, j'ai chez moi une petite cinquantaine de « fleurs »  HAHA ! C'est trop chou <3

 

 

 

 

Des bisous de Nouna, et à une prochaine pour la suite !

Avec toute mon amitié et ma prière !

 

Allah ka houla héré (Que Dieu garde votre soirée dans la paix)

mercredi 5 février 2014

[8] La parenté à plaisanterie


 

Note : les premiers articles sont en bas du blog, ils ont tous des tailles de mini romans alors bon si vous débarquez seulement maintenant dans ce carnet de voyage et que vous êtes intéressés soyez avertis que cela peut vous prendre un certain temps ^^

***

Un petit article culturel sur la parenté à plaisanterie, qui est typique du Burkina. Je trouve l’article écrit dans le livret d’accueil du Consulat de France à Ouagadougou très bien, je ne pense pas pouvoir faire mieux donc je vous le copie simplement ci-dessous.

***

Bonne lecture, et bon voyage!


Jeudi 16 janvier 2014
Véritable « ciment social au Burkina Faso »


Au Burkina Faso, la parenté à plaisanterie est une pratique légendaire qui existe entre les ethnies, les clans ou des individus de générations différentes. Cette pratique traditionnelle permet de calmer les tensions au sein des communautés.

A la mort d’un San, un Moaga (singulier de Mossi, ndlr) rentre dans la tombe. Les gens meurtris croyaient qu’il allait attraper le corps pour le coucher à terre. On le lui donna, mais il le repoussa. Le manège dura si longtemps que cela provoqua une irritation au sein de la foule. Mais le Moaga était venu de Ouagadougou avec les fils et filles du défunt c’est qui donnèrent de l’argent en expliquant à la foule qu’il était un allié à plaisanterie. Ainsi il sortit de la tombe et laissa continuer la cérémonie d’enterrement. En remettant l’argent au Moaga, les fils du défunt lui dirent « c’’est pour couvrir les frais de carburant. »

Ce témoignage extrait de l’ouvrage du chercheur burkinabè, Joseph Alain Sissao, « Alliance et parenté à plaisanterie au Burkina Faso », explique en partie l’ancrage de ces pratiques dans les sociétés traditionnelles au Burkina Faso.

Chez les Mossi, le Rakiré (la parenté à plaisanterie) se fait également à l’intérieur du clan. Lorsqu’une vieille personne décède dans une famille, les membres de la famille alliée tournent en dérision la situation de deuil par une parodie de réjouissance. Elle va jusqu’à souhaiter à la famille éplorée que des situations similaires se produisent tous les jours, afin qu’elle puisse danser le Warba (dans traditionnelle Moaga).

Pour le professeur Albert Ouédraogo, de l’Université de Ouagadougou, cette façon de célébrer le deuil contribue à dédramatiser la mor : « Il faut faire en sorte que la famille ne sombre pas dans ce qu’on appelle le deuil pathologique. Un individu est mort, mais faites en sorte que sa disparition ne tue pas le groupe. Et c’est aux parents à plaisanterie d’assumer ce rôle. »

Le « vieux » Abdoul Salam Zoungrana (67 ans) se souvient avec nostalgie « Lorsque nous étions encore jeunes, on assistait aux décès et aux funérailles des vieilles personnes avec une certaine ferveur. Même si on était malheureux à la perte d’un proche, les membres des familles alliées venaient dérider la situation et on finissait par oublier un peu son chagrin. Ces parents à plaisanterie vous assistent en réalité pendant longtemps. »

« En 1966, le Burkina Faso a échappé à une crise grâce à la parenté à plaisanterie »

Les bienfaits de la parenté à plaisanterie sont nombreux. Elle participe d’une façon ou d’une autre à apaiser les tensions dans les familles, et entre les différents clans de la société. Selon le professeur Albert Ouédraogo, le Burkina Faso, à l’époque Haute-Volta, a connu une rupture institutionnelle sans effusion de sang aux premières heures de son indépendance grâce à la parenté à plaisanterie. Le soulèvement populaire du  3 janvier 1966 conduisit le Président Maurice Yaméogo à abandonner les rênes du pouvoir.

« Un Mossi allait perdre le pouvoir sur un espace majoritairement Moaga. Et qui l’a remplacé ? Un San, Sangoulé Lamizana, un parent à plaisanterie. De façon inconsciente, la parenté à apaisé les esprits sans que les gens ne s’en rendent compte », explique le professeur Ouédraogo. Dans l’exercice de la parenté, il est interdit de proférer des injures à l’endroit de son allié ou de verser son sang.

La parenté à plaisanterie se vit aussi au quotidien et n’est pas rare d’entendre un burkinabè présenter un parent à plaisanterie comme étant « son esclave », s’ensuit généralement toute une série de moqueries et provocations auxquelles le parent à plaisanterie se doit de répondre dans la bonne humeur. Ainsi, un Bobo reprochera à un Peul de laisser son bétail détruire les cultures, tandis qu’un Peul raillera un Bobo sur sa prétendue consommation excessive d’alcool. Traditionnellement, celui qui ne respecte pas les règles de ces joutes verbales, en réagissant, par exemple, de façon violente ou agressive, se voit blâmé par son propre clan.

La parenté à plaisanterie se pratique aussi au Mali et en Côte d’Ivoire.

Cette pratique sociale ne peut être située dans le temps. Plusieurs mythes entourent son existence dans la tradition burkinabè. Selon Albert Ouédraogo, tous les parents à plaisanterie au Burkina Faso ont d’abord entretenu des relations conflictuelles avant de nouer des alliances.

Textes de Ozias Kiemtoré.


A l’attention d’Ousmane (GI 2A nm) : HAHA ! Dans la liste des ethnies et de leurs parents à plaisanterie, les Peuls en ont TELLEMENT que j’ai même la flemme de recopier ça ! xD



Mercredi 5 février 2014
Bientôt : la sortie du collège !

Samedi 8, tout l’établissement du CCL partira pour une sortie en brousse (marche, pique-nique, et jeux). Chaque classe s’organise depuis un moment pour préparer ça, les plus jeunes sont aidés par leurs titulaires.
J’ai donc pris le rôle de chef de projet pour mes 5e :p  On s’est organisés en équipes (Team Matériel, Team Courses, Team Eau pour la vaisselle, Team Animation, etc), on fait des brainstormings, des listes, des plannings, etc. Ou « De l’utilité d’avoir une formation d’ingé en génie industriel » ! HAHA !

Vendredi la Team Poisson vient découper et pré-cuire le poisson dans mon jardin… Je sens qu’on va bien s’marrer !! Et moi je me suis inscrite dans la Team Eau (ceux qui font la vaisselle samedi), ça va être kro kro rigolo aussi :p :p J’ai trop hâte ! :D
J’vous raconterai, et dès que possible j’essaierai de mettre les photos qui vont avec  :)

Des bisous de Nouna, et à une prochaine pour la suite !
Avec toute mon amitié et ma prière !

Allah ka houla héré (Que Dieu garde votre soirée dans la paix)