mercredi 30 juillet 2014

[16] Petite routine à Koudougou & Aïd al-Fitr à Nouna

* Ce blog a atteint les 5050 visites, je ne comprends même pas comment c'est possible... 
Du coup je me permets de vous redire, amis lecteurs, que si nous nous connaissons, nous sommes amenés à nous revoir, et il ne vous faudra alors pas oublier que notre relation sera un peu déséquilibrée, car vous me lisez,  mais la réciproque n'est pas vraie! (Sauf si vous m'envoyez des nouvelles, bien sûr, merci à ceux qui le font! :p ). 

Du coup: n'hésitez pas à m'écrire, ça me fera très plaisir! Et pour ceux qui se diraient qu'ils n'ont rien d'intéressant à raconter notamment au regard de ce que je vis ici, c'est faux! 
Vous êtes intéressants, votre vie m'intéresse, tout m'intéresse!! Alors let's go! :D  *


PS: désolée, je n'ai pas de photo perso pour illustrer cet article... Prochainement!




Vendredi 25 juillet 2014
Koudougou


La p’tite routine de Koudougou

Bon, j’ai rapidement pris le rythme de Koudougou, une forme de routine s’est installée et tout se passe bien ! Je suis dans la « villa » du Relais, une petite maison dans le secteur 3, avec une super super coloc’, Hélène, grenobloise en stage au Relais et qui a donc fait Madagascar ( !) et le Sénégal dernièrement  =)  Au TOP !
Et, truc trop cool aussi : on a une moto !!! J’suis trop heureuse, depuis que je suis au Burkina j’en rêvais un peu :p Du coup, ça y est, je pilote ! ^^ (bon, c’est pas encore au top, mais j’me débrouille un peu un peu et mon niveau est suffisant pour ce que j’ai à faire ici :p)
Le truc moins cool c’est les moustiques. Il est midi et je me fais bouffer… Midi !!! C’est grave quoi, ils attendent même plus la nuit ! Enfin bon.
Grâce à Hélène j’ai été très vite intégrée dans le quartier, j’ai même de nouveaux «petits frères » (au sens burkinabé du terme of course) !
Et puis j’ai pris un abonnement d’un mois à la piscine qui se trouve sur la route de l’université ça me fait un bien fouuuuu ! J’aime troooop nager ça m’avait trop manqué !!
Enfin j’ai pu voir de nombreux bacheliers de Nouna qui venaient s’inscrire à l’université (et y en a encore qui arrivent), ça fait plaisir!


Image: extrait de la newsletter du Relais


Entre maçonnerie, électricité, étude de marché, ergonomie et sécurité
Et au travail ça se passe bien =) Je fais plein de trucs, c’est cool et enrichissant : de la maçonnerie (on a découpé du béton, c’est impressionnant !) pour faciliter des ports de charges, des études pour de nouvelles installations électriques (moi qui n’aimais pas du tout l’électricité… Mais Pierre m’explique tout, j’apprends plein de trucs !), des études de marché pour des pompes alimentaires, etc. C’est vraiment une chance de pouvoir faire ça avant de rentrer en France, ça facilitera grandement la transition « prof de Maths / étudiante en 3e année de génie industriel » !!!

Voilàààààà.

Les noms rigolos :
« Le Stade de France » : un maquis dansant hyper « branché » ici, le plus gros de la ville !
« La belle vue du Stop » : un maquis qui donne sur le goudron (la route), et donc sur… Un stop !
Autre maquis: le "Wembley Stadium"!!!



Mardi 29 juillet 2014
Fête de fin du Ramadan à Nouna

Une longue hésitation
Ce mois-ci, nos frères musulmans vivaient le « carême » (comme ils disent ici) : le jeûne du Ramadan. Déjà que c’est difficile, avec la chaleur là c’était pas facile ! Les gens sont courageux dêh ! La fin (faim ^^ ) était hier (lundi).


Au dernier moment, après une longue hésitation, j’ai décidé de prendre un bus pour aller fêter ça à Nouna. J’avais été invitée il y a quelques semaines, notamment par mes élèves de 4e, mais entre le trajet un peu long, le travail, les choses à faire à Koudougou, je pensais pas y aller. Mais tout à coup je me suis rendue compte que Nouna me manquait. Quand je dis Nouna, c’est évidemment pas la ville même, mais les gens qui la peuplent ! Et que j’avais envie d’être avec ces amis-là pour fêter avec eux, d’autant que je connais beaucoup de musulmans là-bas.

Un trajet qui fait plaisir
J’ai su que j’avais pris la bonne décision au moment où le bus a démarré, tant j’étais remplie de joie à l’idée de « rentrer à la maison » !! Et, peut-être tout est-il lié d’ailleurs, j’ai  été heureuse de constater qu’après presque dix mois j’arrivais encore à me réjouir naturellement et m’émerveiller de plein de petites choses simples !

Par exemple, comme la place manquait un peu dans le bus, je me suis retrouvée à l’avant, à côté du chauffeur, avec une petite sur les genoux. Et la petite était merveilleuse ! Elle avait un sourire éclatant, elle se disputait (pour de faux :p) avec mon voisin de siège (qui s’occupe de décharger les bagages, fermer la porte etc, pendant le trajet), et surtout elle a passé plus de la moitié du trajet debout entre mes genoux à danser ! Entre les paysages qui ont retrouvé du verdoyant grâce à la pluie, le soleil brillant et cette petite, nan mais sérieux, c’était magique !

Arrivée à Nouna j’ai eu l’occasion de rencontrer David, qui était coopérant ici les deux dernières années, et sa petite famille qui s’agrandit ! C’était vraiment sympa !

Cela me fait un peu peur quand même, de voir que Nouna me manque après seulement deux semaines, alors que je suis encore au Burkina. Qu’est-ce que ça va être en septembre !! Heureusement je commence à bien préparer mon « retour », qui est un nouveau départ  =)

En tout cas, on voit un changement impressionnant dans les paysages avec la saison des pluies: il y a de l'herbe!!!! La cour de notre villa est devenue une véritable jungle!! 



L’Aïd el-Fitr

La fête était GENIALE !!!! A partir de 11h j’ai commencé mon marathon des visites, j’ai pu voir pratiquement tout le monde, et profiter un peu de chacun ! J’ai commencé la tournée en solo, jusqu’à environ 16h30, puis j’ai retrouvé mes 4e et on a continué ensemble, j’ai pu piloter une moto à Nouna :p on a vu plein de gens, on s’est biiiien marrés et on a terminé au Sémou et au Panama sur la piste de danse avec plein d’autres amis !
C’était trooooooop mignon parce que quand des inconnus un peu éméchés essayaient de danser avec moi, les garçons venaient s’interposer : TROP MIGNON :D Être une fille, ça a des avantages vraiment sympathiques :p

Retour à la maison à 3h30. Vraiment, on peut dire qu’on a bien fêté ! 
Je suis vraiment heureuuuuse d’être rentrée à Nouna ! :D



Petite réflexion sur la vie de "village" africain
Évidemment, mon plaisir de rentrer à Nouna, cette petite ville perdue (enfin, plus tant que ça avec l'arrivée du goudron!), où il n'y a presque rien de proposé comme activité (ni ciné, ni karting, ni escalade, ni piscine, ni rando en montagne (quelle montagne??), ni forêt, ni salle de spectacle, ni quoi quoi quoi, ninaninanou), où le paysage est plat, toussa toussa, entraine une réflexion personnelle: comment est-ce possible, pour l'hyperactive n'ayant vécu que de dans des villes plutôt grandes que je suis? En février j'ai commencé à m'inquiéter de devoir passer trois mois au Burkina après la fin des cours (j'allais m'ennuyer!!!), c'est aussi pour cela que j'avais été mise en contact avec le Relais. Mais aujourd'hui je sais que j'aurais pu rester à Nouna sans problème !! (Avec un ou deux voyages quand même, il faut quitter Nouna de temps en temps pour l'aimer toujours)

Je suis heureuse d'avoir appris cette leçon là: simplement être avec les gens, être là, parler, boire un thé, c'est bon aussi!! J'en discutais avec Abi et Karim à Nouna: c'est un des grands plaisirs ici, pouvoir partager simplement avec les autres, saluer les voisins, les insulter un peu un peu de temps en temps (parenté à plaisanterie oblige!). Moi je n'ai pas vu de dépression nerveuse dans le coin, pas de déprimes, pas d'anti dépresseurs, pas de médicaments en permanence pour lutter contre le cafard. Nous autres occidentaux devrions prendre exemple...

La vie est plus difficile ici, en de très nombreux points (genre le climat, la mutuelle, toussa), et pourtant les gens sont là, ils se battent chaque jour avec le sourire. On passe les uns chez les autres c'est pas un problème et au contraire c'est un bonheur d'avoir de la visite et d'accueillir. Personne n'est seul, c'est impossible. C'est vrai que parfois cela peut être un peu lourd. Mais ça c'est parce qu'on est pas habitués... Et y a toujours moyen de demander à être tranquille le temps de se reposer, se ressourcer seul, avant de recommencer! :D
Il y a une solidarité incroyable, une coexistence ethnique et religieuse paisible, c'est beau.


C'est vrai que  ce n'est pas forcément facile (surtout dans notre culture européenne) de savoir ouvrir sa porte aux inconnus, être disponible et à l'écoute "permanament" (néologisme?). Et bien sûr il faut trouver un équilibre pour ne pas se perdre non plus. Mais quel plaisir!

Une autre volontaire écrivait sur son blog, à propos d'un autre pays mais ça marche ici aussi: "[c'est]  un pays où finalement tout est possible puisque rien n’est jamais sûr." Voilà. Tu es à pied? Yelkabé (pas de problème), quelqu'un (même inconnu) va te remorquer à moto. Ou bien, à Nouna tu peux prendre un vélo et tu le rapporteras plus tard. T'as besoin d'un truc? Tu demandes, y a toujours quelqu'un qui finira par avoir une solution.

Peut-être est-ce le fait d'avoir tout organisé / encadré / normalisé / légalisé / etc dans nos pays occidentaux qui nous bloque? (Socio socio!) Voilà encore une réflexion intéressante pour la future ingé en génie industriel... (Finalement, j'vais ptèt finir par en faire une, de thèse, à force d'en parler :p Mais j'avoue que la socio me plait beaucoup!)


* Je suis bien rentrée à Kdg (et en arrivant au travail le soir, en ouvrant le portail, je suis tombée nez à nez avec... Un gros mouton! Quelqu'un avait dû laisser ses bestiaux brouter l'herbe de la cour, ça fait tondeuse quoi)
Jeudi direction Ouaga pour LE BIG mariage dans ma famille burkinabée!!!  (La grande soeur d'Ousmane, mon ami et camarade d'école dont je vous avais parlé à Noël au moins, se marie) *



Des bisous de Koudougou, avec toute mon amitié et ma prière !
Allah ka tilé héré (que Dieu garde votre fin de matinée en paix)
Aïe, va falloir que je me mette à savoir dire ça en mooré (la langue parlée à Kdg)

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire