Humanitaire ou Développement?

David, ancien coopérant à Nouna comme prof de Physique, a écrit dans son propre blog un article qui, d'après moi, répond bien à cette question:


" Depuis un certain nombre d'années, des ONG, associations diverses, comités des jumelage ont apportés un réel soutien économique, médical, technique... au Burkina Faso. Il y a cependant des éléments essentiels à prendre en compte lors de tout projet d'aide internationale :
- Comment le projet a-t-il été préparé et correspond-il à un réel besoin des populations ?
- L'apport de matériel est-il vraiment efficace ? Cela coûte en général très cher et peut-être même néfaste. Les livres scolaires ne sont pas forcément adaptés aux programmes, l'envoi de médicaments peut ruiner les efforts de mise en place d'une politique de santé, le matériel envoyé nécessite des compétences en matière de maintenance, etc...
- Les populations sont-elles partie prenante du projet ? Il doit s'agir d'un réel partenariat, d'une coopération dans le but d'un développement durable. 

Les ONG 
 
Il existe des centaines d'ONG en Afrique de l'Ouest. Pour être reconnues par l'Etat dans lequel elles travaillent, elles doivent signer un accord-cadre avec le gouvernement. Elles interviennent dans des secteurs aussi variés que l'agriculture, l'élevage, l'hydraulique, la santé, l'éducation, l'environnement, le tourisme solidaire, l'amélioration des conditions de la vie des femmes et des enfants, l'épargne-crédit...
 
Les ONG françaises mènent leurs projets grâce aux dons et à l'engagement bénévole de leurs adhérents, ainsi qu'à des subventions, dont celles du ministère des affaires étrangères. Quand elles ont une représentation sur place, elles peuvent accéder aux financements européens, américains, onusiens et de la Banque Mondiale. De plus en plus d'ONG ont une antenne dans le pays aidé et emploient des salariés nationaux : c'est une question d'efficacité (connaissance de la culture, professionels du métier) et de légitimité (un développement proné par les habitants eux-mêmes).

Les ONG essaient de prendre en compte tous les aspects traditionnels car ils peuvent engendrer des blocages, une inertie ou se révéler de véritables moteurs pour le développement. Ainsi, par exemple, les leaders religieux sont souvent associés à la diffusion des messages sanitaires et peuvent encourager le vote. Des femmes au charisme reconnu sont sollicitées pour convaincre leurs pairs d'abandonner l'excision, de scolariser les enfants...  Inversement, négliger une famille influente, ignorer les enjeux souterrains, méconnaître le statut d'un individu, c'est prendre le risque que le projet ne vive pas très longtemps une fois l'ONG partie. 

Les différentes philosophies d'interventions des ONG
 
- Les ONG d'urgence qui convoient, gèrent et distribuent l'aide humanitaire auprès des déplacés et des camps de réfugiés, en cas de guerre ou de catastrophe naturelle. Elles préservent des vies. Le risque pour elles est d'être instrumentalisées par les différents groupe armés ou par les gouvernements qui exercent un chantage.
 
- Les ONG humanitaires sont les pilliers du dons et du financement d'infrastructures. Elles soulagent la pauvreté dans l'immédiat mais développent un esprit d'assistanat et une répartition inégale des richesses. Leurs dons (médicaments, fournitures scolaires, produits alimentaires) font parfois concurrence aux réseaux de production et de commercialisation locaux.
 
- Les ONG luttant pour les Droits de l'Homme sont surtout présentes dans les capitales. Leur travail de lobbying auprès des autorités et de sensibilisation de la population est primordial et délicat. Elles s'attaquent aussi bien à la bonne gouvernance, à la liberté d'expression, aux droits des minorités et des prisonniers...
 
- Les ONG de développement appuient les habitants et leurs associations dans les projets qu'ils ont démarrés eux-mêmes. C'est un autre visage de l'Afrique qui nous est offert ici, loin du misérabilisme médiatique. Pour pallier les insuffisances de l'Etat, des organisations locales se sont mises en place pour gérer un dispensaire ou une coopérative agricole, construire un minibarrage, dispenser des cours d'alphabétisation, prêter de l'argent, assainir les rues... Cet élan demande une sensibilisation préalable des gens et un grand engagement de leur part. Les ONG proposent des formations et facilitent la collaboration avec l'Etat. Elles aident les organisations locales à trouver des bailleurs de fonds mais à ne pas en dépendre.
 
Pour reprendre un exemple bien connu, les ONG d'urgence apportent l'eau, les ONG humanitaires creusent un puits et les ONG de développement apprennent non seulement à creuser le puits mais forment à sa maintenance et à sa gestion financière.
 
Vous l'aurez compris, je suis parti dans une démarche de développement avec dans mon cas la DCC qui soutient le projet local des frères des écoles chrétiennes qui souhaitent offrir au plus grand nombre l'accès à l'éducation et en particulier aux matières scientifiques."

Je n'ai pour le moment rien à ajouter :)




Photo: Session de préparation au départ des volontaires DCC - Juillet 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire